Lucifer Odette

Aller en bas

Lucifer Odette

Message par Dezaia le Jeu 25 Oct - 14:09

Sourcils froncés. Un air de contrariété passe sur son visage alors qu’elle observe son reflet dans la glace. Des cernes sombres se dessinent sous ses grands yeux bleus, sa peau pâle est devenue translucides et même ses cheveux roux semblent soudain aussi fragiles que de la paille. La pleine lune à encore une fois laissée ses traces sur son corps. Doucement elle lève sa baguette. Des sorts de beauté ne seront pas de trop pour camoufler le désastre. Après tout elle ne peut pas constamment avoir l’air épuisée après chaque pleine lune, sinon les gens devineraient trop vite la sinistre réalité de sa nature. Non pas qu’elle refuse catégoriquement d’en parler. Ce n’est pas qu’elle ne l’assume pas. Qu’elle veut le cacher. Ce qu’elle est ne la dérange plus. Elle à trop souffert pour ne pas s’accepter. Le problème ne vient pas d’elle.
Mais il vient des autres.

Cette masse furieuse et intolérante qui déteste son espèce sans rien comprendre

Et elle doit vivre. Alors certes son travail de tueuse à gage ne pâtirait pas de cette révélation au contraire … mais celui de détective ? Certainement pas. Les gens se méfieraient d’elle. A juste titre certes. Et puis elle serait surement questionnée au niveaux de certaines disparitions dont elle n’avait pas envie d’entendre parler. Elle ne contrôle pas la louve qui surgit en temps de pleine lune. Les corps qui s’amassent sur la route ne sont pas de sa faute. Elle ne compte pas mourir juste pour que d’autres vivent Lucifer. Egoïste au possible certes mais on lui à déjà pris une partie de sa vie. Elle ne compte pas donner l’autre de son plein gré. Un soupire encore. Malgré les sorts elle à l’air épuisée. Mais elle n’a plus réellement le temps d’arranger la chose, il faut qu’elle se rende chez Odette. Elles se sont donné rendez-vous et Lucifer n’a pas l’intention de faire attendre la jeune femme plus longtemps que nécessaire.

La porte claque et elle sort dans la rue. Transplane instantanément pour se retrouver non loin de la maison de la blonde, perdue au milieu de la campagne. Inspire profondément. Elle aime le calme et les senteurs de la nature. Mais elle continue à passer son temps dans les villes, ses deux métiers l’y obligent. Doucement Lucifer avance. Cogne lentement contre la lourde porte en bois. Mais aucune réponse ne vient. « Odette ? C’est Lucifer ! Tu es là ? » Aucune réponse ne vient. Lucifer pousse le lourd panneau en bois. La porte s’ouvre. Et elle s’engage rapidement dans la maison, parcourt quelque pièces avant d’entendre un bruit. Le salon. Lentement elle y retourne et aperçoit enfin une fragile silhouette blonde. Tournée certes mais elle possède l’odeur d’Odette. Il ne peut s’agir que d’elle. « Odette ? » La voix est douce. Calme. Mais Lucifer se fige alors que la blonde se retourne.

Elle tient une lettre dans sa main. Ses doigts sont serrés autour du papier. Violemment crispés. Et il y a quelque chose dans ses yeux. Quelque chose qui dit qu’elle est bouleversée. Lucifer s’avance un peu, inquiète cette fois sans trop savoir pourquoi. « Quelque chose ne va pas ? Que s’est-il passé ? » Questions hautement futiles elle le sait mais tout autant importante, la rousse veut savoir ce qui à bien pu arriver à son amie pour qu’elle semble soudain bouleversée. Elle est si fragile parfois Odette et Lucifer ne veut que la protéger. Elle n’y peut rien si elle est semblable aux pire ennemis de la jeune femme. Mais c’est sans doute pour cela qu’elles sont si proches. Bourreaux et victime enchainés.
avatar
Dezaia
Admin

Messages : 91
Date d'inscription : 13/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://dezaia-cloee.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucifer Odette

Message par Dezaia le Jeu 25 Oct - 14:09

Dans trois jours, déjà dans trois jours. Elle n’y croyait simplement plus, elle n’y croyait simplement pas. Déjà six mois ? Comment cela avait-il pu aller aussi vite. Odette n’était plus du genre à âtre choqué à chacune des semaines qui passaient dans sa vie. Mais dans presque trois mois, elle aurait dans les bras des bébés… Ses propres enfants. Elle n’y croyait tout simplement pas et dire qu’elle ne se voyait toujours pas mère… Le dilemme était bien plus compliqué que l’équation parlant de la vitesse de la lumière. Mais il faudrait bien qu’elle fasse avec l’arrivée des bébés. Certes elle n’avait plus vraiment le choix. Avorté était proscrit depuis des mois et sa religion ne l’autorisait pas. Comme elle n’autorisait pas le suicide, mais pourtant, elle avait déjà essayé et pas une seule fois. Plusieurs. Mais dans le fond, avait-elle à avoir honte de la conception de ses enfants ? Pas vraiment, si elle était enceinte, c’était peut-être de sa faute. Sa faute de préférer passer du temps dans les bras d’un amant maudit plutôt que de penser à prendre sa potion. Et voilà le résultat. Des faux jumeaux et des problèmes de dos, des nausées et les autres inconvénients de l’état de femmes enceintes. Alors, pourquoi ne pas se plaindre de temps en temps à d’autres … Tout simplement, car c’était être un peu faible et annoncer au monde qu’être enceinte n’est pas si merveilleux qu’on le voudrait… Oui, oui, le secret de la maternité devait être quand même gardé. Vous n’imaginez pas dire à une toute nouvelle mariée que durant au moins six mois de sa vie, elle va ressembler à un zombie et ne plus savoir se relever correctement d’un lit ou d’un canapé sans la technique de la baleine échouée sur une plage… Pourtant, c’était la triste vérité des choses et dans trois petits mois, Odette serait libérée du poids dans son ventre, mais pas du ventre en lui-même. Les séquelles de la grossesse… Mais bon un régime ne lui ferait pas de mal, surtout avec deux enfants en une fois. Elle savait pourtant qu’elle aurait l’aide de son père, d’Amanda ou encore de Lucifer… Une amie qui l’avait retrouvée il y a peu et qui l’aidait alors que son père et Amanda travaillaient d’arrachepied dans leur corps de métier. Pourtant, c’était bien grâce à la rouquine qu’Odette voyait encore un peu de monde, l’avancé de sa grossesse contribuait aussi à son manque de sortie, le cygne devait de moins en moins bouger pour éviter toute fausse couche selon les Sage-Mage.

Pourtant, c’est comme n’importe quelle femme au foyer que ce matin-là, elle prit le courrier du bec de la chouette familiale. La robe claire de cette dernière était reconnaissable dans le branchage des bois où vivait la dernière branche des Moody, Odette aimait particulièrement cette situation, les bois étant bien plus reposants que la vie à la longue. Elle ne se voyait pas vivre ailleurs qu’ici même. Mais peut-être qu’un jour, elle devrait partir. Enfin, elle tendit la main et l’animal laissa tout tomber alors que la blonde lui donnait un miam-hibou de l’autre main, ce genre d’animal était hautement susceptible, alors faire attention à bien les nourrir… C’était comme si occuper d’un membre de la famille finalement. Alors, elle regarda les diverses lettres dans ses mains. Quelques missives de son oncle Cornelius pour son père, le journal et la belle sorcière. C’est presque si elle voulait lire l’article sur les colorations d’un coup de baguette magique, mais une petite lettre attira son attention plus que d’ordinaire. Elle lui était adressée. Adrien ? Et pourtant, ce n’était pas l’écriture qu’elle avait déjà lue sur sa précédente lettre… Non c’était quelqu’un d’autre. La future mère descella la cire pour commencer la lecture. Pauvre lettre qui décrédibilisait son amie rousse. Si au début, Odette ne pouvait y croire, elle nota les diverses comparaissons, les attitudes que Lucifer parfois face à elle. Puis elle prit peur par la conclusion. S’accrochant au rebord de la table pour ne pas tomber sous son propre poids. Les doigts crispés sur le papier. C’était une louve ? C’était impossible, elle n’aurait pas pu lui cacher un secret de la sorte, elle ne pouvait pas être aussi égoïste, déjà quelques mois qu’elles se voyaient régulièrement. Alors pourquoi ?

C’était presque si les larmes collaient sur le rebord de ses joues, mais la femme enceinte n’entendit ni les appels de cette dernière, ni son entrée dans la maison des Moody. Odette est figée, elle relit encore plusieurs fois la missive, alors qu’elle entend lointainement son nom. Serrant plus fort ses fins doigts sur le papier. Comment a-t-elle pu se jouer d’elle de la sorte ? Pourtant, cette même louve semble être entrée dans la pièce où elle se trouve, Odette garde la lettre à la main, alors que l’air de Lucifer semble être grave. Elle s’inquiète donc de son état, en dedans ce qu’il ne va pas ! Elle ne peut pas être sincère, elle ne peut pas être vraie alors qu’elle lui a caché ça aussi longtemps. Odette se sent trahie. Elle pensait tellement à bien, elle confiait sa santé fragile à Lucifer quand elle était dans les parages. Alors pourquoi ? « Quand comptais-tu me faire part de ton secret ? » dit-elle sifflante à l’adresse de Lucifer s’étant désormais retournée vers elle. Sourcils froncés et sourire pincé par la colère. Elle ne savait plus par où commencer pour annoncer à la rouquine qu’elle savait et qu’elle avait désormais peur qu’elle s’approche d’elle. C’était viscéral. Lucifer devrait regagner sa confiance, elle devrait faire des efforts pour changer la perception qu’Odette a des loups. « C’est pour finir le travail que tu m’as retrouvé recontacté ! C’est ça ? » Elle ne hurlait pas, mais la peur se ressentait dans sa voix et si elle était vraiment louve, Lucifer devait sentir cette émotion malsaine. Une contraction violente la prit à cet instant, la faisant grimacer comme à chaque fois. Odette savait qu’elle tenterait de s’approcher, comme à chaque fois que quelque chose se passait. « Ne m’approche pas ! » dit-elle en lançant la lettre pour qu’elle la lise alors qu’elle tombait dans la chaise à bascule achetée il y a peu par son père. Elle avait peur. Pour elle, pour sa progéniture.
avatar
Dezaia
Admin

Messages : 91
Date d'inscription : 13/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://dezaia-cloee.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucifer Odette

Message par Dezaia le Jeu 25 Oct - 14:09

Elle ne comprend pas tout de suite Lucifer. Se fige un instant étrangement choquée par la peur et la colère qui émanent d’Odette. Elle n’a pas l’habitude de la voir ainsi Lucifer, elle l’a toujours trouvée trop douce. Presque trop faible et c’est cela qui lui à donnée l’envie de la protéger, de la relever quand elle était au plus bas. Une envie contre-nature bien sûr mais elle s’est tout de même mise en danger pour la blonde. Pour avoir la simple chance de la voir sourire une nouvelle fois. Pour avoir, pour la première fois de sa vie, le privilège de réparer ce que d’autres avaient osés brisés. Alors oui elle est choquée. Au point d’en arrêter de respirer pendant quelques secondes. Son souffle se coince dans sa gorge et son cœur se met à battre furieusement contre ses côtes.

Odette sait. Elle voit le monstre qui se tapit sous sa peau de velours. Elle sait.

Une lettre qui vole contre son visage. Avec marqué noir sur blanc la vérité que Lucifer à si longtemps tenté de caché à la blonde. Non pas qu’elle soit honteuse de son statut de louve. Voila des années qu’elle l’a embrassé. Certes pas par choix ni avec joie mais elle l’a fait. Ce n’est pas pour reculer maintenant. Elle n’a pas avoir honte Lucifer. Comme Odette elle à un jour été une victime, sauf qu’elle est devenu à son tour un bourreau. Sans le vouloir c’est vrai. Tout ce qu’elle voulait c’était vivre. Et n’a-t-elle pas le droit ? Le droit de respirer ? Le droit d’être en vie ? Elle est condamnée et crainte pour quelque chose qui n’est pas de son fait. Haïe pour des actes dont elle n’est pas responsable. N’est-ce pas terriblement injuste ? Pour Lucifer ça l’est. Bien trop.

« Arrête ! Je ne compte pas te faire de mal. Je ne l’ai jamais voulu ! Mais je ne l’ai jamais fait et pourtant cela aurait été extrêmement facile tu le sais bien ! » Tous ce temps passé ensemble, seules … Lucifer aurait pu la tuer si elle avait voulu. Elle n’est pas une tueuse à gage pour rien. Mais elle ne l’a pas fait. Elle ne l’a pas fait car son but n’a jamais été là. Elle à été fascinée par Odette et sa souffrance. Parce que cela réveillait des souvenirs. Parce que cela faisait mal et qu’elle avait besoin de souffrir. « Je ne pouvais pas te le dire parce que je savais que tu réagirais ainsi. Que tu me détesterais. Et je n’avais pas envie. » Elle secoue la tête et se retourne. « Ce n’est pas comme si je pouvais porter en bandoulière mon statut de louve-garou. Tout le monde les craint. Tout le monde à peur. Si je te l’avais dit dès le début qu’aurais-tu fait hein ? »

Un reniflement hautain. La colère la gagne. « Pas besoin de me répondre. Tu aurais fui en hurlant ou pire tu aurais essayé de m’attaquer. » Pas stupide la rousse. Loin de là. « Je te rappelle que je n’ai fait que t’aider. » Et la voila justement récompensée … elle n’aurait jamais du croire qu’elle pouvait faire changer d’avis Odette et se réparer. Odette resterait toujours la sainte et elle le monstre. Une injustice dont elle n’avait pas décidée. « Je te trouve bien hypocrite ! Tu a si souvent parlé de ta souffrance … de ce que tu avait vécu … mais que crois-tu que j’ai été moi à part une victime ? Tu crois que j’ai eu le choix ? Que cette malédiction est de mon fait ? Non j’ai souffert au point de vouloir en crever et j’ai perdu tout ce que j’avais voila tout ! » Jugement encore et encore. Et Lucifer en veut à Odette de la repousser encore. Mais c’est ainsi. L’ombre et la lumière ne peuvent pas se croiser.
avatar
Dezaia
Admin

Messages : 91
Date d'inscription : 13/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://dezaia-cloee.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucifer Odette

Message par Dezaia le Jeu 25 Oct - 14:09

Si son démon intérieur lui criait de fuir, la Moody qui retrouvait peu à peu ses sens voulait être en face de Lucifer quand cette dernière lui dirait : oui, je suis une louve. Elle voulait l’affronter, malgré la peur, la colère ou tous ses autres sentiments qui s’emmêlaient dans les nausées que son état augmentait. Odette n’était pas le cygne blanc, elle n’était pas toujours la parfaite petite fille, son état le montrait bien, elle avait été la jeune femme dépravée, perdue ou autre. Tout ce qu’on pouvait dire d’elle désormais, c’est qu’elle était morte, personne ne pouvait finalement se douter qu’elle était bel et bien vivante. Lycaon, Lucifer et son père étaient les rares personnes à savoir vraiment. Finalement, elle faisait confiance à bien des gens, mais pouvait-elle vraiment pouvoir placer sa confiance en une personne lycanthrope. Une personne qui avait remué ciel et terre pour la retrouver et Dieu seul sait à cause de qui ou de quoi. Mais Odette s’était tellement remise entre ses mains qu’elle devrait simplement lui dire merci, juste merci d’avoir pris soin d’elle alors que jour après jour, elle perd cette faculté, la difficulté de mettre au monde et de rester quelqu’un d’intégré, ne pas tomber dans la dépression. Lucifer était cette simple personne, qui de par sa présence l’occupait. Avec elle, le cygne ne pensait ni à Adrien, ni à sa maternité prochaine, elle oubliait petit à petit que le monde était plein de danger, alors que finalement, elle était en face de ce danger, celui qui avait pris la vie de plusieurs de ses amis ce soir-là. C’était certain, ça ne pouvait pas être elle qui leur avait fait du mal, son esprit, son cœur lui criait, Lucifer n’était pas une personne méchante. Mais ses tripes se secouaient à chaque évocation, chaque souvenir de cette tragique nuit. Elle ne pouvait plus la revivre sans être prise de violents cauchemars. Elle voulait oublier simplement. Mais ce funeste épisode était un tournant de sa vie, c’était une part d’elle-même qu’elle ne pouvait pas ignorer longtemps avant que quelques brides de ce passé ne se débloquent éclaircissant de plus en plus la situation complexe qu’elle a vécue par le passé. Mais malgré la lettre sous les yeux, la colère tourna, Odette resta là, prenant, et non sans peine, place dans un fauteuil du salon de son paternel, elle savait qu’elle était vulnérable, elle pouvait être la proie de n’importe qui. Mais là Lucifer avait raison. Complètement raison.

La blonde baissa simplement les yeux, l’égoïsme, la peur, la colère, la haine, elle ne pouvait plus qu’être honteuse. Elle avait tout de même peur, comme une bête que l’on chassait, mais la rouquine n’avait pas eu tort sur sa ligne de parole. Elle avait raison, comment aurait-elle réagi si elle lui avait dit avant ? Serait-elle de mauvaise foi au point de dire qu’elle aurait réagi autrement. Mais elle renifle, en colère visiblement. Non, c’est vrai, elle n’avait pas besoin de répondre, elle avait raison de lui en vouloir. Elle le savait et même si la peur était visible dans son regard, la culpabilité l’était aussi. Comment aurait-elle pu changer en si peu de temps ? Et que pouvait-elle faire désormais, hormis se faire haïr par l’une des seules personnes qui s’était portées volontaire pour l’aider, lui rendre la vie plus facile, une amie avec qui elle avait parlé de tout, mais surtout d’elle. Que devait-elle faire s’excuser hypocritement ? Inutile, Lucifer connaissait trop bien son état d’esprit face aux loups et tout ce qui en touchait. Finalement, Odette laissa le silence retomber, calmer les esprits, elle toucha du bout des doigts son ventre, comme si les enfants qui allaient venir au monde étaient le modèle même qu’elle pouvait faire preuve de tolérance, quand elle voulait devenir médicomage avant, elle était tolérante… Odette leva la main devant elle en haussant les épaules, elle n’était pas amère, elle avait compris la leçon : « Que veux-tu que je te réponde, tu as raison sur toute la ligne. Et je n’ai pas envie de te dire merci et de te voir disparaitre. » Elle releva les yeux, les plongeant dans ceux de la louve en face d’elle. « Si je peux au moins te dire la vérité, j’ai peur, j’ai peur de ce que tu caches de ce qui est en toi, j’aurais toujours peur. Mais je n’ai pas peur de la femme qui a pris soin de moi, celle pour qui je serais toujours redevable. J’ai été égoïste de te parler de moi alors que tu gardais ça au fond de toi. Injuste, tu l’as dit toi-même, je serais hypocrite de te dire que non j’aurais réagi autrement, oui je t’aurais aussi fait la même scène. Désolée d’être craintive. Je suis désolée d’avoir peur de ce qui se cache dans ton ombre. »

Elle croisa les mains sur son ventre, elle savait qu’elle n’était pas une sainte, que le pardon était une qualité prêchée par Dieu lui-même. Pouvait-elle lui pardonner et elle en retour. Odette regarda dehors, le ciel s’assombrir et la pluie commencer à lécher les vitres. Elle ne savait plus quoi dire vraiment, pourtant, elle ne pouvait pas la laisser partir. Pas vraiment, elle l’adorait, c’était son amie, elle l’avait connue à Poudlard, elle devait s’investir dans une relation. Même si cela lui faisait peur depuis Adrien, même si depuis le début de sa grossesse elle n’était plus certaine de rien, elle jeta un regard furtif à la rouquine. Avant de répondre, la gêne dans la voix : « Et puis, est-ce que tu pourras me pardonner d’être ainsi faite ? D’avoir peur ainsi, tu l’as déjà fait, je sais, mais maintenant que tu sais exactement à quoi t’en tenir. Lucifier, vraiment, j’ai eu une fois cofinance en toi, alors même avec un tel secret, même avec cela pourquoi ne pourrait-on pas essayer de nouveau se dire que ce n’est pas ce qu’il y a au fond de nous, qui fait ce que nous sommes, sinon je serais simplement la folle et la catin et toi la louve. » Elle désigna une place proche d’elle, elle voulait, elle en avait envie. « Mais comme tu l’as dit, on a assez parlé de moi, parle-moi de toi, de tout ça, du comment du pourquoi, je veux t’écouter aussi et être quelqu’un à qui tu peux te confier. » Elle respira un grand coup. « Malgré tout ça tu es mon amie et je t’en remercie. »
avatar
Dezaia
Admin

Messages : 91
Date d'inscription : 13/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://dezaia-cloee.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucifer Odette

Message par Dezaia le Jeu 25 Oct - 14:09

Colère. Tristesse. Culpabilité. Toutes ses émotions font rage dans le cœur de Lucifer. Se mélangent et cognent contre son corps fragile. Elle est tellement désorientée qu’elle ne se comprend plus parfois. En elle semble lutter deux morceaux d’âmes qui n’ont rien en commun. La faible qui se noie dans la louve pour arrêter de ressentir, pour oublier les atrocités qu’elle à un jour pu commettre. Et puis il y a la forte qui veut continuer à ressentir. A exister. Qui veut prouver que Lucifer n’est pas simplement une louve. Mais autre chose d’autre. Et elle aimerait s’en convaincre Lucifer. Vraiment. Qu’elle peut être autre chose qu’un monstre cherchant la mort et la destruction. Mais c’est si dur. Parce qu’a chaque fois qu’elle ferme les yeux elle revoit le corps ensanglanté de sa sœur qu’elle avait déchiqueté sans même le vouloir.

Et lorsqu’après une pleine lune, elle se réveille le corps couvert de sang son cœur s’arrête encore d’avantage.

Elle n’y peut rien. Ne peut pas se contrôler. Elle ne choisit pas la pleine lune Lucifer, elle ne peut que vivre avec. Essayer désespérément tout en sachant qu’elle n’y parviendra tout de même pas. C’est triste. Certains jours désespérant. Mais d’autres elle se jette dans la violence et le sang. Puisque cela fera à tout jamais partie de sa vie … pourquoi ne pas tenter de l’accepter ? Mais ce qui est le plus difficile à supporter reste la parte de contrôle. Elle à beau être tueuse à gage elle choisit ses contrats. En refuse plus souvent qu’à son tour. Mais elle ne peut rien refuser à la lune. Juste souffrir en découvrant les atrocités que son implacable maitresses lui à fait commettre. Finalement Odette à raison d’être terrifiée. Lucifer n’aurait même jamais du l’approcher. Mais c’était plus fort qu’elle. Elle refuse d’arrêter de vivre à cause d’une malédiction qu’elle n’a pas choisie.

Elle secoue la tête lentement. « Ne soit pas désolée. Parfois même moi j’ai peur de ce qui se cache en moi. Je ne te demande pas de ne pas me craindre. Mais juste de comprendre qu’il existe une différence entre la bête et moi. Elle fait certes partie de moi mais ça ne veut pas dire qu’elle me définit. » Semi-mensonge. Trop souvent Lucifer se voit définie par la pire part d’elle-même simplement parce qu’assumer les conséquences de ses actes est trop douloureux. Mais Odette n’a pas besoin de le savoir. Pas encore. Peut-être lui dira-t-elle un jour. Mais elle n’en est même pas sûre. Comment la blonde pourrait-elle comprendre ? Elle qui à tant souffert de la main de ses semblables. Lucifer pose une main douce sur le bras d’Odette. Lentement par peur de l’effrayer de nouveau. « Tu n’es ni une folle ni une catin. Juste une victime. Et c’est bien différent. Personne ne pouvait s’attendre à ce que tu sois comme avant après ce qui t’est arrivé. » Elle marque une pause. Murmure presque pour elle-même. « Comme personne ne pouvait s’attendre à ce que je reste tout à fait moi-même après ce qui m’est arrivé. »

Elle inspire profondément. De la vulnérabilité perce dans ses grands yeux bleus. « Tu est sûre de vouloir savoir ? Ce n’est pas une jolie histoire. Et même si j’essaye parfois de me convaincre que je ne suis responsable de rien je sais souvent que ce n’est pas le cas. » Elle penche la tête sur le côté. Lentement. « Et je ne voudrais pas réveiller en toi de mauvais souvenirs. Je sais combien tu as souffert plus que ce que tu ne peux l’imaginer. » Après tout elle à vécu elle-même les mêmes doutes et la même douleur. « Alors si tu le veut pour regagner ta confiance je veux bien tout te raconter mais j’ai probablement fait un plus grand mal que tu ne peut l’imaginer » Ce terme encore. Elle veut se livrer à Odette. Mais elle à peur de la perdre ce faisant et elle ne le supporterait pas.
avatar
Dezaia
Admin

Messages : 91
Date d'inscription : 13/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://dezaia-cloee.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucifer Odette

Message par Dezaia le Jeu 25 Oct - 14:09


Autant dire tout de suite qu’Odette tentait le tout pour le tout, une sorte de profession de foi. Quelque chose qu’elle avait envie de faire, une envie de se dépasser et de tenter de prendre un autre envol, être différente malgré tout ce que la vie avait bien pu lui faire subir. Odette ne savait pas vraiment ce que tout ceci pourrait lui apporter, mais elle n’avait pas besoin de s’en prendre aux personnes autour d’elle. Oui Lucifer était une louve, mais ce n’était pas elle qui l’avait agressée, du moins, sinon pourquoi s’occuperait-elle de la blonde de la sorte ? Ça serait un peu insensé, et Odette ne préférait pas vraiment repenser à tout ceci, elle ne voulait plus revivre cette nuit d’horreur à ne plus comprendre pourquoi elle vivait encore alors que trois de ses amis de l’époque avaient perdu la vie comme des chiens. Elle ne supportait pas d’en entendre parler, mais peut être que pour une fois, se placer du côté de ceux qui sont les êtres dangereux changerait sa façon de voir les choses. Voir qu’ils ne sont pas maîtres d’eux-mêmes et cela en aucune façon, peut-être que cela montrerait à Odette que finalement Lucifer, même en louve, lui ressemblerait bien plus que ce qu’elle ne pouvait croire. La population magique avait tant d’idée reçue sur les créatures, le gouvernement lui-même rendait leur existence infernale depuis qu’il avait interdit la fabrication et la vente des potions tue-loup. Comme si, le destin des pauvres âmes qui se ferait morde n’était pas important et que si cela devait arriver, c’est que les gens n’étaient pas assez méritants pour rester au sein d’une société. Pourtant, au fur et à mesure qu’elle se rapproche d’elle, Odette ne peut pas s’empêcher de sentir son cœur s’accélère dans sa poitrine, alors que la pleine lune avait eu lieu la nuit précédente, Lucifer n’était pas dangereuse, elle ne l’était d’aucune façon envers elle. Jamais. Le cygne blanc posa d’ailleurs le bout de ses doigts au creux de sa poitrine comme pour rassurer cet organe, son cœur n’avait pas à s’accélérer en la présence de Lucifer, il ne l’avait jamais fait jusqu’à aujourd’hui. Mais c’était plus fort qu’elle, Odette avait peur et cette peur, Lucifer devait le sentir, bien que ce ne soit que de la peur et non de la haine ou de la répulsion. Odette s’en voulait désormais d’être ainsi en présence d’une femme qui l’avait aidé et protégé d’une personne qui lui voulait, semble-t-il, du mal en la cherchant. Mais qui l’avait finalement aidé dans les étapes de sa grossesse et en l’acceptation de celle-ci.

Pourtant, la rouquine prit place là où Odette lui avait indiqué, bon gré, mal gré, elle ne le savait pas vraiment, mais Lucifer tenta tant bien que mal de lui faire comprendre que ce n’était pas sa crainte qui la blessait, mais la confusion qu’Odette avait faite entre la femme et la louve. La blonde baissa les yeux sur son ventre. L’une était l’autre, pourquoi se mentir indéfiniment dans ce cas ? Lucifer était une louve et une louve était Lucifer. Odette le savait, mais elle savait qu’elle n’aurait certainement jamais à faire à la louve qui sommeillait en la jolie rouquine. « Il y a pourtant de quoi, tu sais très bien, je sais même très bien qu’un état ne définit pas une personne. Je priais sincèrement pour que la bête ne prenne jamais le dessus pour toi à l’avenir, je le ferais. Tu es mon amie, je ne voudrais pas que cela arrive, peu importe que ce soit tôt ou tard. Jamais ne sera le mieux. » Pourtant, alors même que la détective prenait toute la douceur du monde pour poser sa main sur son bras, Odette eut un léger frisson qui ne passa certainement pas inaperçu, mais elle ne se plaignit pas d’une telle situation prenant sur elle-même. Elle avait demandé à ce que Lucifer soit plus près d’elle, comme elle l’était avant qu’Odette ne sache. Mais finalement, elle en venue à assurer à la blonde qu’elle ne pouvait être qualifiée de catin ou de folle, car avec son agression on ne pouvait plus attendre à ce qu’elle soit une petite boule d’énergie vivace comme elle l’était en son temps. Pourtant quand la sorcière lui demanda confirmation pour lui raconter l’histoire qu’elle attendait Odette fût bien heureuse que Lucifer prenne autant de gants avec elle. Mais dans le fond, oui elle voulait savoir ce qu’il en était de l’autre côté du miroir, savoir comment un autre être pouvait souffrir alors qu’il était détesté d’une partie non négligeable de la société magique. Mais ce fut au tour d’Odette de délaisser son ventre pour poser une main rassurante sur celle de Lucifer en ajoutant plus tendrement : « Ne me parle juste pas des personnes que tu as pu blesser… Tuer ? Bien que cela ait une grande importante sur la vision que tu portes sur toi-même, je veux simplement entendre l’histoire de la jeune femme que j’ai vue dans les couloirs de Poudlard devenir une louve quand la pleine lune pointe son nez, car peut-être que je déteste à tort votre espèce et que c’est un simple loup qui m’a fait tout ce mal. Peut-être que je me fourvoie tout simplement. » Elle sourit faiblement, en posant son regard dans le sien, le soutenant un instant. « Je t’arrêterais si ça devient vraiment insoutenable pour moi. Comme tu peux t’arrêter si ça te remémore de trop durs moments. »

Car dans le fond, la blonde savait que l’expérience n’allait pas être douloureuse et pénible que pour elle. Forcément, devenir une louve quand on est quelqu’un de normal à la base doit être quelque chose d’extrêmement traumatisant et elle demanda amicalement, comme pour l’inciter à commencer son récit sombre et très certainement des plus glauques, mais Odette espérait qu’elle prendrait le soin de lui cacher ce genre de détails avec les nausées récurrentes qu’elle pouvait avoir en ce moment. « Qui t’a fait ça ? »
avatar
Dezaia
Admin

Messages : 91
Date d'inscription : 13/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://dezaia-cloee.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucifer Odette

Message par Dezaia le Jeu 25 Oct - 14:10

Elle à peur de se confier lucifer. Alors elle ne peut pas s’empêcher de trembler. Elle est un monstre et n’a de place que dans l’obscurité. La rousse à passé tant de temps à se murmurer ces phrases encore et encore qu’elles sont devenues sont seul mantra. Les seuls capables de l’accepter sont ceux qui sont aussi souillés qu’elle. C’est un fait. C’est pour cela qu’elle se rapproche de Valko et de son idée. Car elle à peur d’être seule. Si peur. Et cette meute, bien que composée de tueurs et d’être au cœur froid semble être la seule façon de se trouver un foyer. Quelque chose de si précieux. Si unique. Mais même à eux elle murmure souvent des demi-vérités. Bien plus facile à supporter. Même au cœur des ombres elle murmure des mensonges.

Alors dire la vérité à Odette ? Si fragile mais pourtant si pure à ses yeux ? Cela semble impossible.

Le rejet est devenu une part de son existence certes. Mais Lucifer est fatiguée de voir une lueur de crainte dans les yeux de tout ceux qui connaissent son secret. C’est sans doute pour cela qu’elle est si cruelle envers les inconnus. Tuer pour ne pas être tuée finalement. Elle secoue lentement la tête. Se mord les lèvres. Elle aimerait qu’Odette écoute. Mais surtout qu’elle réussisse à comprendre. Pourtant cela semble impossible. Odette à tant souffert à cause des loups-garous. Comment alors, comprendre la part d’ombre de l’un d’eux sans pourtant le haïr ? Dire que c’était pourtant à cause de cela que Lucifer s’était rapprochée d’elle. Pour se rapprocher des victimes. Pour se punir. Comprendre la douleur des êtres qu’elle détruisait sans même s’en souvenir durant ses pleines lunes. Mais au final la punition est devenue douce-amère. Se transformant en amitié. En besoin de protéger. Et Lucifer avait prié pour qu’Odette ne découvre jamais la vérité. Dommage que quelqu’un en ait décidé autrement.

Lucifer secoue la tête tristement face aux paroles d’Odettes. « Tu ne peut pas prier pour cela. Après tout c’est inévitable. La bête prend le dessus à chaque pleine lune que je le veuille ou non, la majorité du temps je ne me souviens d’ailleurs de rien. » Elle n’ajoute rien car elle ne veut pas dire la vérité à la blonde. Lui raconter qu’elle s’est déjà noyée dans l’animal uniquement pour oublier sa souffrance, parce que se réfugier dans le sang et la violence lui faisait oublier la culpabilité. Et Odette ne comprendrais pas. Personne ne pourrait comprendre à part les âmes les plus perdues. Pourtant elle veut essayer. La main d’Odette se pose en retour sur la sienne et Lucifer ferme les yeux pendant quelques secondes. Tellement soulagée qu’elle pourrait en pleurer. Elle inspire doucement.

« Je ne pense pas que ce soit un simple loup. Et je ne veux pas te mentir en te disant qu’il n’a rien d’horrible chez les loup-garous. Car ce n’est pas le cas. Souvent il est plus simple de s’enfoncer dans la violence pour oublier. Mais à la base ils ont été comme toi un jour, des victimes. Sauf que le monde les à traités comme des monstres sans leur laisser la possibilité de se justifier. » Une lame de tristesse perce son cœur. « C’est difficile d’être haï pour quelque chose contre lequel tu ne peut rien faire. Quelque chose que tu n’a pas choisi » Elle penche la tête sur le côté. Un rideau de cheveux roux glisse contre sa joue, cachant momentanément sa douleur. « Je ne sais toujours pas. Je n’en ai aucune idée. C’était juste après ma sortie de Poudlard, une nuit d’amusement avec des amis. Je me suis trop éloignée, au point d’arriver dans un endroit désert. La minute d’après il y avait une masse qui me fonçait dessus. Et puis plus rien que la douleur. Visiblement j’ai transplané chez moi avec l’énergie du désespoir. Et mes parents m’ont aidés, conduite dans un endroit ou je pouvais être soignée et c’est là que j’ai appris ce que j’étais devenue»

Une larme qui roule doucement sur ses joues. Un murmure qui lui échappe. » Mais le pire n’était même pas de savoir que je n’aurais plus jamais une vie normal. Personne ne peut se doute de l’horreur que c’est … pas avant la première pleine lune. » Elle se tait et regarde au loin, attend avec le regard vide les inévitables questions qui vont suivre.
avatar
Dezaia
Admin

Messages : 91
Date d'inscription : 13/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://dezaia-cloee.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucifer Odette

Message par Dezaia le Jeu 25 Oct - 14:10

Lucifer était certainement la seule femme de son entourage, la seule qui prenait soin d’elle. Celle qu’elle venait de blâmer pour un secret que la rouquine gardait depuis des années surement. Et Odette avait été infecte avec celle qu’elle pouvait nommer comme étant une amie. Elle avait honte dans le fond d’être aussi fixe sur son idée des loups en général, car cela venait de blesser sa plus tendre amie. La seule qui l’avait épaulé alors qu’elle attendait un évènement qui lui faisait peur. Une chance qu’elle était chez elle aujourd’hui car qu’rait dit son père si c’était lui qui était tombé sur la lettre et pas Odette ? Il l’aurait chassé pour ne pas faire souffrir sa fille, alors qu’elle aurait été en train de parler de peinture avec le Peakes qui l’aidait à s’améliorer dans le domaine. Odette était assise dans la chaise qui avait appartenue à sa mère lors de sa vie sur terre et dans le fond ça la poussait à pardonner comme Clarissa Moody l’avait toujours fait avec les gens différents d’elle. Cette humilité et cette gentillesse qui n’avait été que transmise en partie à son unique fille. Odette en soupira un instant, elle voulait petre rassurante, alors que dans le fond, elle était tout de même terrifiée à l’idée de découvrir ce que c’était d’être dans le peau de Lucifer et finalement, elle avait envie de savoir, mais de se cacher les yeux avec des œillères pour ne pas découvrir cette partie sombre de son amie, ne pas savoir ce qu’elle était devenue. Elle se souvenait d’une rouquine à Poudlard et elle aurait voulu que ce souvenir reste intact mais la lettre qu’elle avait reçu ce matin l’avait mise dans tous ses états et sa curiosité naturelle avait fait le reste et elle le regrettait désormais. La personne qui avait envoyé ça n’avait que de mauvaises attentions. De trop mauvaises attentions, tout ça pour qu’Odette et Lucifer s’éloignent. Mais il avait apparemment loupé son coup puisqu’Odette était prête à pardonner. Les hormones sans doute. Mais c’était peut-être aussi la preuve d’une sagesse naissante au sein de la Moody qui ne se serait jamais attendu à une chose de la sorte.

Pourtant, elle sent l’air triste de Lucifier sur ses mots. Oui, Odette ne pouvait plus rien changer, même prier ne ferait rien à cet état bestial en la demoiselle. Désormais, c’était elle, la pleine lune et ses peines. Et L’en sortir serait la tuer ou bien trouver de la potion Tue-Loup sur le marché noir… Lucifer y avait-elle simplement pensé, rien qu’une fois ? « C’est préférable d’oublier parfois n’est-ce pas ? » Mais en souffres-tu de ne pas savoir à qui tu as pu faire du mal la nuit de la pleine lune ? Cette question frôla l’esprit de la future mère, mais elle ne la prononçât pas, la trouvant trop insultante … Trop privé, personnelle. Dans le fond, elle avait peur d’entendre Lucifer lui dire que non, elle aurait préféré se souvenir pour se délecter de la souffrance. Mais le visage triste de son amie rousse lui indiquait clairement le contraire. Elle n’était pas une tueuse de sang-froid comme beaucoup de loup, non, elle regrettait surement tout ceci quand la mort était en jeu. Puis, elle inspire et se lance dans le récit de sa transformation.

Toute ouïe, Odette écoute, caresse le dos de la main de sa louve d’amie. L’histoire était horrible, encore une fête qui avait mal tournée pour rendre la vie d’une jeune femme complétement différente du tout au tout. Même Odette se dit que son sort n’avait pas été si terrible face à cela. Mais Lucifer ne lui cache pas que les loups sont terrifiant et qu’elle doute franchement que le loup qui lui a fait du mal ne soit qu’un simple loup. Odette frémit. Alors cela pourrait être l’œuvre d’un loup garou enragé. Tout ça serait dû à ce genre de créature. Elle se mord la lèvre en posant une main sur son ventre. Elle a peur pour eux désormais. Elle sait que c’est de ce genre de prédateur qu’elle devra les protéger. Mais dans le fond n’est-elle pas plus à Edimbourg qu’à Londres en ce moment, pas plus loin des Moody que proche des Peakes qui peuvent protéger ses bébés comme elle le fera aussi. Pourtant, c’est le bas de l’échine glacée qu’elle s’arroche aux moindres mots de son amie. Elle a peur c’est certain, mais elle la trouve tellement courageuse de lui dire tout ça. Simplement parce qu’elle lui a demandé de le faire. C’est une belle preuve d’amitié entre elle n’est-ce pas ? Alors Odette sort de sa transe par le murmure suppliant de son amie. Ne plus avoir une vie normale ? Elle comprenait. Odette se tourna vers elle et la prit dans ses bras. Elle ne pouvait rien faire. Rien du tout pour la soulager des poils qui poussait sur sa peau quand la lune était là. Elle ne pouvait-être qu’une amie. Rien de plus elle lui murmura dans l’intimité. « Je ne comprends vraiment pas tout ce que tu peux ressentir. Pas même un quart. Mais je sais tellement ce que c’est de savoir qu’on ne sera plus jamais comme avant. Merci. Merci de t’être confiée Lucifer. Merci vraiment. Excuse-moi encore de ne pas t’avoir fait confiance ne serait-ce que quelques minutes. »
avatar
Dezaia
Admin

Messages : 91
Date d'inscription : 13/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://dezaia-cloee.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucifer Odette

Message par Dezaia le Jeu 25 Oct - 14:10

Il est improbable d’imaginer qu’Odette et Lucifer puisse se parler ainsi à cœur ouvert. Odette à souffert d’une attaque de loup-garou, Lucifer est une louve-garou. Elles devraient se haïr, se détester, Odette devrait hurler sur Lucifer et tenter de lui jeter des sorts. Et celle-ci comprendrait d’ailleurs. Parfois elle se hait, parfois elle hait les autres et considère que c’est de leur faute. Lucifer à du mal encore à se dissocier de la louve qui mord en elle. Ne sait plus d’où vient les idées qui la prennent parfois, il y a trop de colère dans son cœur et bien trop de peur. Parfois elle pleure sur l’horreur et les larmes qu’elle à bien pu déclencher. Et parfois elle se jette dans la sauvagerie car elle sait qu’il n’y a plus que le monstre qui reste en elle.

Et que plus jamais elle ne pourra être celle qu’elle avait un jour été. L’innocence est finie et il ne reste que le sang.

Et c’est injuste. C’est douloureux. Parce qu’au fond Lucifer est réellement ce qu’elle à dit à Odette, une victime, elle n’a pas choisi elle. Elle à juste subi. Et pourtant cette malédiction l’a transformée en bourreau sans qu’elle le veuille. Souvent elle inspire l’odeur du sang avec délice, parfois le besoin de mordre la saisit. La chasse gronde dans son cœur à chaque instant. Et elle n’y peut rien. Elle se bat entre ses désirs et ceux de la louve au point d’en arriver à ne plus savoir à qui appartient quoi. Elle voit une lueur de peur dans les yeux d’Odette, elle sait que cette dernière fait de son possible pour comprendre, pour ne pas la rejeter … mais est-ce suffisant ? La blonde à tellement souffert entre les griffes des loup-garous … Lucifer peut-elle seulement espérer qu’elle puisse comprendre ? Sans doute que non.

Et pourtant elle continue à se livrer avec honnêteté. Trop peut-être. Mais elle ne peut pas s’en empêcher, elle veut montrer qu’elle n’a pas choisi, qu’elle n’est pas plus monstrueuse qu’un autre. Que la louve est une addition à laquelle elle ne peut rien. « Pas dans ces cas-là. Je me réveille couverte de sang sans savoir ce que je fais, ce qui m’est arrivé. Parfois c’est le mien si je me suis battue, d’autre fois celui d’animaux que j’ai chassé et parfois … parfois … » Odette n’est pas stupide, elle doit bien comprendre ce que veut dire ce parfois. Mais Lucifer fait attention pourtant, simplement la louve à besoin de chasser et elle ne peut pas toujours se contenter d’animaux, elle va alors trouver ce qu’elle cherche ou elle peut. « Généralement je fais en sorte de rester loin des habitations … mais on ne peut pas tout prévoir pas vrai ? »

Elle ne le fait pas exprès. Elle lance un mince sourire à Odette et lui répond « C’est moi qui ait de la chance. Tu sais quand je t’ai vu la première fois c’est parce que je savais ce qui t’étais arrivé que je t’ai approché pour être franche » Elle se sent coupable de cela maintenant, mais c’était plus fort qu’elle voila tout. « Tu aurais pu être quelqu’un à qui j’avais fait du mal. Je n’ai jamais trouvé le courage de m’excuser pour eux ou de faire quoi que ce soit. Généralement je préfère tenter d’oublier. Comme si ça n’avait jamais existé. Mais je me suis dit que si je t’aidais … peut-être … peut-être que quelque part je pourrais payer ma dette ? » Sans doute s’exprime-t-elle de manière maladroite mais elle n’y peut rien. « Je suis contente que tu m’aies pardonné de n’avoir rien dit. » finit-elle par murmurer.
avatar
Dezaia
Admin

Messages : 91
Date d'inscription : 13/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://dezaia-cloee.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucifer Odette

Message par Dezaia le Jeu 25 Oct - 14:10

Même les aveux macabres de Lucifer ne lui firent pas l’effet qu’elle espérait. Oui Odette prit peur. Se rappeler la mort qu’elle avait côtoyée si près, celle qui l’avait rendue folle tant d’années. Elle avait cette petite étincelle dans les yeux comme quand elle s’en souvenait. Mais ce n’était pas un mal. Elle ne pourrait jamais vraiment oublier ce que c’était de perdre quatre personnes en une soirée. Comme si les mangemorts s’étaient acharnés sur son cas en particulier ce soir-là et que la souffrance était sa seule expiation. Elle revoyait trop souvent dans ses rêves les images sanglantes et les morceaux de membres qui étaient dans ce chalet perdu dans la forêt. Elle n’avait que la peur pour se maintenir éveillée, mais parfois elle en tombait de fatigue pour tomber dans un sommeil sans rêves, sans cauchemars, mais trop peu réparateur. Et pourtant, en face d’elle se trouvait une personne comme celle qui lui avait tant fait de mal, mais Odette n’arrivait pas à en vouloir à Lucifer comme elle pouvait en vouloir à d’autres. Elle avait du mal à en vouloir aux gens, mais Lucifer. Tout de même, elle avait toujours été là pour elle, pour s’occuper de ses problèmes physiques et moraux depuis qu’Odette était revenue de Paris. Elle sourit à la louve en face d’elle. Oui, ce n’était pas grave si elle avait fait du mal… Tuer des gens. Odette ne la connaissait pas sous cet angle, elle préférait faire l’autruche et ne pas prendre en compte tout ça. Elle préférait la voir souriante. Toujours. « Tu ne peux rien y faire, tu fais déjà tout ce que tu peux quand tu te rends encore compte de ce qui fait, c’est le plus important Lucy. Vraiment le plus important. » Elle se voulait rassurante, alors que l’aura de la peur devait être encore bien présente dans ses yeux, mais Lucifer n’était pas une bête sanguinaire comme l’était celui qui avait fait du mal à plus de quatre personnes. Car dans le fond, elle était le demi, en vie, mais brisé par tout ça.

Odette frictionne le dos de Lucifer pendant qu’elle lui explique que c’était pour se racheter de ce qu’elle était qu’elle était venue vers elle. Pour s’aider en premier temps. Comprendre qu’elle n’était pas un monstre et qu’elle avait aidé une victime de ce genre d’évènements. Odette ne pensait pas que cela pourrait changer grand-chose à chaque pleine lune, Lucifer serait toujours en proie à de plus en plus de remords, mais si c’était sa façon de voir les choses, alors Odette se ferait une joie de l’aider à payer sa dette comme elle le disait si bien. « Au moins, même si tu ne m’as rien fait, tu m’as rendue plus sereine, plus heureuse, alors si pour toi tu rembourses ta dette comme ça, je veux bien te garder encore longtemps avec moi, tu sais, même. » Odette sourit un peu avant de se lever. Tenant son ventre à deux mains. « Tu veux bien m’aider un peu à faire quelques valises ? Je rapporte d’eux trois vêtements et matériels de peinture à Édimbourg. » Odette lui tendit la main, au moins, le pardon était réciproque et ça finissait bien, bien avec quelques larmes, mais c’était mieux que rien à son sens.

✻ ✻ ✻

« Je suis rentrée », annonçait-elle en passant la porte d'entrée. Le week-end chez son père, voilà ce qui l'avait certainement posée à rentrer. Voir Lucifer lui avait fait malgré tout du bien. Pour une fois dans sa vie, Odette n'avait pas peur, pas peur qu'un loup lui fasse du mal, car elle savait que Lucy n'était que comme elle. Une victime de Dieux bien moins miséricordieux que prévu. Elle avait été mordue quand elle était jeune. Odette avait été une victime de victime et elle n'y pouvait rien. Lucifer non plus alors maintenant, elles allaient devoir apprendre à vivre avec leur différence. Posant une petite valise dans l'entrée, Odette déposa sa cape de voyage pourpre avant de se rendre doucement, mais surement dans le couloir menant à l'atelier d'Erlhing, il y travaillait surement. D'un pas sur et calme, elle poussa la porte pour renter dans l'endroit qui sentait la peinture a en crever, mais avec une toile et plusieurs autres toiles qui attendaient d'être finies par le maître des lieux. Elle ne le trouva pas directement, c'est vrai. Mais il était simplement assoupi dans le sofa d'Alaric. Odette sourit et posa sur lui le plaid qu'elle aimait mettre sur ses genoux quand elle le voyait peindre. Avant de poser une main sur son épaule et de sortir pour remontrer les affaires qu'elle avait emportées avec elle. Lucifier, Erlhing, Alaric et elle... Tout allait se compliquer au fur et à mesure des mois. Elle haussa les épaules en regardant son ventre. Peut-être bien, mais ce qui était fait été fait, on ne revient jamais sur le passé.
avatar
Dezaia
Admin

Messages : 91
Date d'inscription : 13/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://dezaia-cloee.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucifer Odette

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum